Un soixantième sénateur Démocrate?

Obama semble encore plus malin qu’on le croit! Il s’apprêterait à  nommer au poste (vacant depuis le retrait de Richardson) de Secrétaire du Commerce Judd Gregg.

M. Greg est présentement sénateur Républicain du New Hampshire. Or, le New Hampshire a un gouverneur Démocrate. Et comme on a pu le constater ces dernières semaines, le choix du remplaçant d’un sénateur revient (généralement, et c’est le cas au New Hampshire) au gouverneur. Le gourverneur du New Hampshire est Démocrate!

Donc, en comptant les sénateurs Démocrates élus (ou nommés), Allen du Minnesota (qui devrait gagner la bataille judiciaire en cours), Bernie Sanders, un socialiste (!) du Vermont qui vote évidemment avec les Démocrates, l’infâme Joe Lieberman, du Connecticut, qui s’aligne aussi avec les Démocrates, on arrive à  59! Il y a bien les deux dames du Maine qui votent parfois avec les Démocrates, mais ça demeure aléatoire.

Mais pourquoi viser 60 sénateurs sur les 100? Cette institution a des règles bizarres, dont lefilibuster. Un sénateur peut arrêter les travaux de la chambre aussi longtemps qu’il le souhaite sauf si au moins 60 sénateurs votent contre lui.

Donc les Républicains sont en colère et font des pieds et des mains ce weekend pour soit convaincre Gregg de refuser le poste (ce qui serait surprenant: il doit affronter l’électoret en 2010 et le New Hamphire est de moins en moins Républicain), soit convaincre le gourverneur de nommer un nouveau sénateur Républicain, et il n’y a aucune raison que cela se produise.

Ça c’est de la politique!

Vote sur le plan de relance d’Obama: 0 Républicains!

Cet article a été corrigé le 30 janvier 2009

Les Républicains sont en train de creuser un trou d’où ils auront beacoup de difficulté à  sortir.

Hier soir, la chambre des représentants a voté sur le plan de relance proposé par Obama. Résultat: 244 votes pour (tous des Démocrates) et 188 votes contre (les 177 représentants Républicains et 11 démocrates).

Et ceci après que le président ait accepté des concessions importantes: suppression des programmes de planning familial et augmentation massive des baisses d’impôts.

Il devient de plus en plus évident que les élus Républicains encore en place représentent l’aile la plus à  droite de leur parti et ne veulent pas sortir de la culture war telle qu’elle a été vécue depuis une quinzaine d’années. Ils continueront à  se battre pour des principes économiques dépassés et baseront leurs actions sur des fondations religieuses.

Ce mouvement est en net recul, tel que le montre un récent sondage Gallup, présenter par Nate Silver:

De moins en moins rouge

De moins en moins rouge

Même le sud vire au bleu! Il s’agit certainement d’une situation temporaire liée au sentiment général de l’unanimité nécessaire pour faire face à  la crise actuelle, mais les politiciens Républicains vivent une situation semblable: ils se retranchent dans un camp, derrière leurs hautes barrières et défendent jusqu’à  la mort leurs principes désuets et destructeurs.

Revenons au plan de relance. Il sera au Sénat cette semaine et on doit s’attendre à  un un vote la semaine prochaine. Il est fort probable que cette fois il reçoive l’appui de quelques Républicains. Ne serait-ce que pour ces raisons tactiques. Les Américains font leurs lois dans les 2 chambres et produisent donc deux lois différentes. Par la suite, un petit comité conjoint chambre-sénat se réunit pour arriver à  une version commune de la loi. Cette version commune ne retourne PAS vers les chambres pour approbation finales. Donc, si aucun Républicains n’appuit la loi au Sénat, il n’y aura que des Démocrates dans le comité et on pourra s’attendre alors à  une loi finale avec beaucoup moins de baisses d’impôts.

Correction :

J’ai oublié une étape dans le processus législatif: le projet de loi reviendra bien à  la Chambre des Représentants après étude par le Sénat. Ce n’est qu’après cette étape qu’une conférence (c’est le terme exacte) finalisera la loi. Les deux Chambres ne pourront alors plus modifier la loi.

Kirsten Gillibrand sera la sénatrice de New York

La saga de la sélection d’une remplaçante pour le siège de sénatrice est terminée! Le gouverneur Paterson a nommé une représentante (à  la chambre des représentants fédérale) Kisten Gillibrand.

Qui?

Parmi les nombreuses « candidatures » prestigieuses, il a choisi un des noms les moins connus. Officiellement, il souhaitait que le siège d’Hillary soit occupé par une femme.

Que sait-on de Kirsten? The New Republic nous proposse 10 choses que vous ne saviez pas à  propos de Kirsten Gillibrand. En gros, elle habite près d’Albany, la capitale de l’état de New York, loin de la ville de New York. Elle a été soutenue par les fous de la gachette (NRA), elle se considère comme la politicienne la plus conservatrice de l’état (elle est cependant démocrate!), elle approuve les mariages gays et elle est la mère de 2 jeunes enfants. Bon. Tous les analyste prédisaient que le choix de Paterson viserait uniquement à  favoriser Paterson. Et on dirait qu’ils avaient raison! La nouvelle sénatrice devra se présenter à  une élection spéciale en 2010, la même année que Paterson. Celui-ci ne pourra donc pas se faire tirer par une candidature-locomotive à  la présidence. Il se cherchait donc un co-listier pour cette campagne. Gillibrand est plus à  droite, est une femme et vient de la cambrousse; tout le contraire de Paterson. Il espère donc attirer vers sa candidature, par osmose, des électeurs qui ne se tourneraient pas vers lui a priori.

Est-ce que ça fonctionnera? Je crois bien qu’il sera ré-élu (tant qu’il ne fréquente pas les prostituées trop souvent…), mais on ne saura sans doute pas quel est le véritable apport de la nouvelle sénatrice.

Une bonne chose, en tout cas: elle n’est pas près des intérêts de Wall Street, comme l’est son nouveau collègue (l’autre sénateur de New York), Charles Schumer.

Caroline n’ira pas au Sénat

Selon le New York Times, Caroline Kennedy a annoncé au gouverneur de l’état de New York, David Paterson,  qu’elle ne souhaitait plus être nommée sénatrice pour remplacer Hilary Clinton.

Les sénateurs américains (2 pour chaque état) ne sont élus au suffrage universel que depuis quelques décennies. Et il demeure encore aujourd’hui quelques restes des anciennes pratiques. Ainsi, dans presque tous les états (car, pour faire simple, les méthodes de nomination varient) lorsqu’un sénateur ne peut terminer son mandat de 6 ans, il revient généralement au gouverneur de l’état de nommer un remplaçant. Dans le cas de l’état de New York, une élection intérimaire doit avoir lieu au prochain cycle national, soit en 2010, et une autre au terme normal du mandat, soit en 2012.

Caroline Kennedy a appuyé Barrack Obama à  un moment très important des primaires démocrates, entraînant dans la foulée l’appui de tout le clan. Y compris le soutien de Ted Kennedy, actuel sénateur du Massachusetts.

Teddy, comme il est connu, souffre depuis quelques mois d’une tumeur au cerveau et a eu une attaque (peu sévère) avant-hier lors du déjeuner inaugural d’Obama.

Officiellement, la chère Caroline se retirerait de la course pour être proche de son oncle préféré. Mais tous les pundits croient plutôt que Paterson lui a fait savoir qu’elle ne serait pas choisie et lui a offert de se préparer une sortie plus gracieuse.

Heureusement.

Les États-Unis commençaient à  ressembler à  une oligarchie, avec 3 familles (Bush, Clinton et Kennedy) se partageant le pouvoir. Kennedy, si elle veut être sénatrice, doit se présenter à  une élection pour éviter cette apparence impériale. Elle gagnerait sans doute cette élection, mais je doute qu’elle survive à  des primaires démocrates dans cet état immense et dominé financièrement par la ville de New York, mais avec un campagne qui joue un rôle central dans la politique régionale.